Chronique de l’hosto : Vendredi 3 avril 2020

« Maintenant qu’on a des masques, on va manquer de surblouses »

Askip, le 26 janvier dernier, Agnès Buzyn, avait déclaré qu’il n’y avait aucune raison d’acheter des masques. Askip, elle en avait des dizaines de millions sous le coude. Et ce n’est que le début, tout risque de manquer à un moment : gants, tests de dépistage, gel hydroalcoolique, respirateurs, et même le personnel. En Essonne, la situation est saturée. Imaginez ce que ça aurait donné si on était en 2040 genre et que les hôpitaux d’Orsay, Longjumeau (où 4 étages sont dédiés au covid19) et Juvisy avaient fermé et qu’on se retrouvait plus qu’avec celui sur le plateau ? On comprend alors le rôle crucial de ces hôpitaux publics de proximité.

Sur le Groupe Hospitalier Nord-Essonne, c’est complet à 85 % ce 2 avril. Six médecins, 12 infirmiers et 3 aides-soignants viennent en renfort à Orsay et Longjumeau, le pic étant prévu vers le 5 ou 6 avril. Guéri après avoir été gravement atteint (5 jours en réanimation), le directeur du Groupe Hospitalier Nord-Essonne (GHNE) évoque « un lourd tribut » que vont payer les soignant⋅e⋅s. De leur côté, les syndicats avancent le chiffres de 30 % de soignant⋅e⋅s contaminé⋅e⋅s.

Ça fait un bail maintenant que les dirigeants s’acharnent sur l’hôpital public et sur la gratuité des soins. Les soignant⋅e⋅s avaient alerté sur la catastrophe à venir. C’est notamment la grève de plus d’un an des urgentistes, et en janvier, la démission (de leurs fonctions administrative uniquement) de 1 000 médecins et 600 chefs de service hospitaliers.

Ce que l’on constate maintenant, c’est les effets de ces choix politiques. Outre, les dégâts nombreux, les transferts de patient⋅e⋅s en TGV, hélicoptère et avion est hyper coûteux. L’approvisionnement en masques et matériel médical en temps de crise est également tendu et cher. Il y a fort à parier que le maintien d’hôpitaux de proximité soit la solution la plus économiquement viable en dépit de tout ce qui a été dit et fait. En plus de permettre à toustes de recevoir les soins dont iels pourraient avoir besoin, ça nous éviterait les gesticulations et jérémiades gouvernementales comme ce 12 mars, où Macron découvrait, il faut croire, la valeur du service public hospitalier.

À lire également :

  • Chronique de l’hosto : Mardi 24 Mars 2020
    Comment la crise du coronavirus est-elle vécue par le personnel soignant ? En contact avec des salarié⋅e⋅s à l’hôpital d’Orsay, Le Petit ZPL vous propose une chronique régulière sur les condition...
  • Chronique de l’hosto : Jeudi 26 mars 2020
    « Aujourd’hui, je suis dépitée, dégoûtée » nous raconte une soignante de l’hôpital d’Orsay, qui évoque un certain « amateurisme ».Lire la suite...
  • Chronique de l’hosto : Samedi 28 mars 2020
    « On se rend compte au fur et à mesure des manques. »On touche du doigt la réalité de la casse du service public quand c’est vraiment l’urgence. Le service de réanimation de l’hôpital d’Orsa...
  • Chronique de l’hosto : Orsay, Dimanche 12 avril 2020
    « L’hôpital se fout de la charité. Le libéralisme tue »Askip, la situation se stabilise… pour ce qui est de l’épidémie. L’hôpital public, lui, est à genoux. Les conditions de travail sont de...
  • #7 – L’hôpital qui cache le désert
    Parmi les projets du plateau, il y a, d’ici 2024, la construction d’un hôpital public sur le site de Corbeville. L’Agence Régionale de Santé (ARS), porteuse du projet, annonce des équipements de point...
  • Fermeture d’hôpitaux en Essonne : vers la fin du service public ?
    À Paris-Saclay, un hôpital pour les démolir tous : adieu Juvisy, Orsay et Longjumeau.En 2024, on devrait voir pousser un nouvel hôpital sur le plateau de Saclay. Pourtant, ce projet suscite de no...