Chronique de l’hosto : Jeudi 26 mars 2020

« Aujourd’hui, je suis dépitée, dégoûtée » nous raconte une soignante de l’hôpital d’Orsay, qui évoque un certain « amateurisme ».

Ce qui dégoûte les soignant⋅e⋅s, c’est qu’ils réalisent qu’ils ne pourront pas apporter les soins nécessaires à toustes. C’est que l’hôpital est entièrement dédié aux malades du coronavirus. Et c’est la fin de vie terrible qui guette les patient⋅e⋅s non réanimables qui apparaît maintenant aux yeux du personnel : la mort sans contact.

Et encore, ce jeudi, c’est encore calme à l’hôpital, l’arrivée massive de malades étant attendue pour ce week-end.

C’est l’histoire d’une personne de 83 ans, atteinte du virus mais pas seulement, et qui aurait besoin de soins palliatifs. « Rien n’est mis en place, on n’a pas de morphine, d’anxiolytiques. On ne peut pas les masser ».

De plus, en ces temps de crise, les visites sont interdites aux familles. Des personnes vont mourir seules, sans au revoir, « les dernières personnes qu’elles auront aperçues, c’est des soignant⋅e⋅s en tenue de camouflage rivé⋅e⋅s sur des constantes vitales ».

À lire également :

  • #7 – L’hôpital qui cache le désert
    Parmi les projets du plateau, il y a, d’ici 2024, la construction d’un hôpital public sur le site de Corbeville. L’Agence Régionale de Santé (ARS), porteuse du projet, annonce des équipements de point...
  • Fermeture d’hôpitaux en Essonne : vers la fin du service public ?
    À Paris-Saclay, un hôpital pour les démolir tous : adieu Juvisy, Orsay et Longjumeau.En 2024, on devrait voir pousser un nouvel hôpital sur le plateau de Saclay. Pourtant, ce projet suscite de no...
  • Chronique de l’hosto : Mardi 24 Mars 2020
    Comment la crise du coronavirus est-elle vécue par le personnel soignant ? En contact avec des salarié⋅e⋅s à l’hôpital d’Orsay, Le Petit ZPL vous propose une chronique régulière sur les condition...
  • Chronique de l’hosto : Samedi 28 mars 2020
    « On se rend compte au fur et à mesure des manques. »On touche du doigt la réalité de la casse du service public quand c’est vraiment l’urgence. Le service de réanimation de l’hôpital d’Orsa...
  • Chronique de l’hosto : Vendredi 3 avril 2020
    « Maintenant qu’on a des masques, on va manquer de surblouses »Askip, le 26 janvier dernier, Agnès Buzyn, avait déclaré qu’il n’y avait aucune raison d’acheter des masques. Askip, elle en av...
  • Chronique de l’hosto : Orsay, Dimanche 12 avril 2020
    « L’hôpital se fout de la charité. Le libéralisme tue »Askip, la situation se stabilise… pour ce qui est de l’épidémie. L’hôpital public, lui, est à genoux. Les conditions de travail sont de...