Mise en avant

#7 – Les nouvelles stars palaisiennes

Quand on recherche en ligne des informations sur Palaiseau, on tombe rapidement sur Wikipédia, site web encyclopédique participatif. Une page nommée « Palaiseau » y est référencée, que chacun⋅e est libre « d’améliorer », comme le suggère le site. Faits historiques, précisions géographiques, virgules en trop ou points oubliés, les internautes sont libres d’ajouter ou de supprimer, sous réserve de connaissances suffisamment affûtées en la matière. Pour les villes, des renseignements sur la culture locale, la démographie ou encore l’économie sont généralement mis en avant par les contributeurs, et, si on s’émerveille déjà au chapitre « Palaiseau dans les arts et la culture », c’est au chapitre « Personnalités liées à la commune » que l’on peut faire les plus belles rencontres.
Continuer la lecture de « #7 – Les nouvelles stars palaisiennes »

Mise en avant

#7 – Lozère c’est pas pour les losers

Avant, j’étais une Palaisienne ordinaire, logée dans une barre en béton fatigué, entre deux couches du mille-feuille urbain : autoroute d’un côté, ligne haute-tension de l’autre. Chez moi ça brassait, y’avait du bruit et de l’odeur, des problème de tuyauterie, de l’entraide et des apéros partagés. J’étais bien. Et puis j’ai eu des lutins. Alors j’ai commencé à rêver de chlorophylle, de friches herbues et de sentiers non-carrossables : j’aspirais à voir mes petits aspirer aut’chose que d’la particule fine. J’voulais qu’ils reconnaissent le chant des oiseaux… En attendant, j’composais avec le réel, baignée dans le doux bruit du diesel.
Continuer la lecture de « #7 – Lozère c’est pas pour les losers »

Mise en avant

#7 – En saignement supérieur

Créer un cluster sur le plateau de Saclay, pour booster la croissance, a été un des axes de la stratégie de M. Sarkozy en 2008, alors président. Un cluster est un regroupement d’établissements d’enseignement supérieur, de recherche et de grandes entreprises. Celui-là compte 27 établissements et des grandes entreprises comme EDF, Danone, Thalès, Total, Air Liquide, etc. On parle de regrouper ici 60 000 étudiants et 11 000 chercheurs et 20 % de la recherche française. Très vite, la communauté scientifique émet des réserves sur l’impact escompté arguant qu’au XXIe siècle « la proximité ne dépend pas de la distance » mais de la volonté des différents acteurs à coopérer. Or, c’est là que le bât blesse. Le 3 mai 2017, la Cour des Comptes dit du projet qu’il est « au point mort » précisément parce que les acteurs, dix ans plus tard, ne parviennent toujours pas à s’accorder, alors même que l’État a déjà investi 5,3 Md € et que vu d’ici, ça bétonne sec. L’école Polytechnique, suivie par plusieurs autres grandes écoles, semble vouloir faire cavalier seul tandis que l’Université Paris-Sud a, elle, ardemment travaillé à la mise en œuvre des réformes nécessaires pour intégrer la nouvelle entité : l’Université Paris-Saclay.
Continuer la lecture de « #7 – En saignement supérieur »

Harcèlements de la police sur les proches de Curtis

Le 5 mai 2017, Curtis, 17 ans, est mort en cherchant à éviter un contrôle de la BAC à Antony. Le jeune homme de Massy a percuté un bus au volant d’un quad, sans casque.

Alors que les forces de l’ordre ont pour consigne de ne pas poursuivre les quads et les 2 roues, la justice n’a toujours pas fait la lumière sur la responsabilité de la police dans cet accident : Curtis a-t-il, oui ou non, été pris en chasse ? Plusieurs témoins de la scène, comme le chauffeur de bus, n’ont toujours pas été entendus.
Continuer la lecture de « Harcèlements de la police sur les proches de Curtis »

Éboueurs du SIOM : Vers un 2ème mois sans salaire

Réaction de nos élu·e·s : incompétence ou mensonge ?

Mercredi 19 décembre a eu lieu un conseil communautaire de la CPS. Toutes les communes étaient représentées. Des réponses étaient attendues par les éboueurs de Villejust et des citoyens concernant la situation de lockout, c’est-à-dire de blocage forcé de leur travail par le nouveau prestataire SEPUR depuis bientôt 2 mois.
Continuer la lecture de « Éboueurs du SIOM : Vers un 2ème mois sans salaire »

Fermeture d’hôpitaux en Essonne : vers la fin du service public ?

À Paris-Saclay, un hôpital pour les démolir tous : adieu Juvisy, Orsay et Longjumeau.

En 2024, on devrait voir pousser un nouvel hôpital sur le plateau de Saclay. Pourtant, ce projet suscite de nombreuses contestations en Essonne. Et pour cause ! D’ici 5 ans, ce projet va entraîner la fermeture de 3 hôpitaux déjà existants : à Longjumeau, à Orsay, à Juvisy. Mais pour nos dirigeant⋅e⋅s dont nos élu⋅e⋅s font partie : « pas de panique ! L’offre de soins n’en sera pas affectée. » Les membres du Comité de Défense des Hôpitaux du Nord Essonne ne l’entendent pas de cette oreille et assurent que plus de 700 000 personnes seront impactées par ces fermetures.
Continuer la lecture de « Fermeture d’hôpitaux en Essonne : vers la fin du service public ? »

Des nouvelles des éboueurs du SIOM (mardi 4 décembre 2018)

La situation des éboueurs au SIOM est toujours bloquée depuis le 1er novembre : SEPUR organise le lock-out.

Depuis l’temps, les 84 salariés ont reçu leurs fiches de paie du mois de novembre. Ils déclarent qu’elles mentionnent toutes le même montant : zéro, que tchi, walou. Alors même que SEPUR soutient mordicus le contraire, jusqu’à titrer dans un communiqué que « les nouveaux salariés de SEPUR ne perdront pas un euro ».
Continuer la lecture de « Des nouvelles des éboueurs du SIOM (mardi 4 décembre 2018) »

Grosse descente au Sham’ : à Palaiseau, un bar lourdement contrôlé

Une opération policière ou politique ?

Une trentaine d’uniformes, des clients stupéfaits, des gérants déconcertés, peu d’élus informés, un maire absent, des policiers qui font des confidences et un sans-papiers maltraité…

Ce qu’on a pu glaner comme info concernant la lourde opération policière du vendredi 30 novembre au Sham’.

Musique : O’Max This-Beat

Carottes et salades sur le Plateau de Saclay

Ce jeudi 11 octobre, sur le plateau de Saclay, le gratin local et national signait la charte de la ZPNAF (Zone de Protection Naturelle, Agricole et Forestière). Les citoyen⋅ne⋅s et assos, eux… bah, z’étaient pas invité⋅e⋅s. Retour sur une matinée historique, à inscrire dans les annales des plus grosses mascarades.

Pour en savoir plus :

#7 – Jean-Pierre m’a dit quoi ?

Il est venu sans filet, s’enfiler les questions des palaisien⋅ne⋅s au conseil de quartier du centre, le 22 mars dernier. Dans un discours associant irrationalité et sincérité brute, Jean-Pierre Madika a su promouvoir le déploiement du plan de sécurisation de la ville « très calme ». Madika, c’est notre maire-adjoint en charge de la sécurité, général de division à la retraite, le genre de type capable d’écrire sur internet : « Très rares sont mes commentaires sur Facebook mais là je n’hésite pas et suis prêt à partir en guerre (je sais de quoi je parle) pour que F. Fillon sauve notre pays » [sic]. Un type entier, qui parle vrai.
Continuer la lecture de « #7 – Jean-Pierre m’a dit quoi ? »