École Bara : Les questions et les réponses, retour sur la réunion d’information du 29 mars

Travaux devant l’école Deloges

La mairie de Palaiseau a organisé le 29 mars dernier une réunion d’information concernant la fusion des écoles du centre et la fermeture de l’école Joseph Bara. L’occasion pour les parents d’élèves de poser de nombreuses questions et pour les représentants de la commune d’y répondre, afin de faire face aux interrogations restées vaines et à la contestation grandissante. Voici une retranscription de toutes les questions posées par les familles et de toutes les réponses données par les services municipaux.

Étaient présents :

  • Madame Graveleau, maire adjointe aux affaires scolaires et péri-scolaires
  • La responsable du patrimoine de la ville de Palaiseau
  • Le directeur des services techniques
  • La directrice générale des services
  • La cheffe du service enfance
  • Madame Baron, conseillère municipale de la majorité
  • Le responsable du péri-scolaire de l’élémentaire Morère
  • Le responsable du péri-scolaire de la maternelle Bara
  • La responsable du péri-scolaire de la maternelle Morère
  • La directrice de l’école maternelle Morère

Explications de madame Graveleau :

« On va passer aux questions. Ce que je vous propose c’est qu’on procède par groupe de 10 questions, vous posez des questions, à 10 on bloque et on répond, et suite à ça on repart sur 10 autres questions, et ainsi de suite… »


Première série de questions

  • Pourquoi avez-vous déplacé la réunion, initialement prévue en centre-ville, à la salle Guy Vinet, loin du centre ?

Parce qu’on s’est rendus compte que cette salle était plus appropriée qu’un préau d’école.


  • Concrètement combien d’élèves tiennent dans les deux salles de cantine qui seront réservées aux élémentaires ?
  • J’ai une inquiétude, concernant la cantine, quelle serait l’heure à laquelle iraient manger les derniers élèves ?
  • J’ai entendu parler de travaux d’amélioration acoustique dans la cantine, mais j’ai pas entendu parler d’agrandissement de la cantine, est-il prévu d’agrandir ? Actuellement les enfants nous disent qu’ils doivent se dépêcher pour manger, est-ce que ce sera encore pire à la rentrée 2017/2018 ?

Réponse de la cheffe du service enfance :

Côté restauration et pour répondre aussi à la question d’un agrandissement de la cantine, on a travaillé évidemment en comptant l’ensemble des effectifs prévisionnels. On part du principe que 80% des élèves mangent à la cantine. Sur les petites et moyennes sections, on a un prévisionnel de 100 enfants prévus sur le temps du midi, du coup on aura 3 salles avec un total de 108 places. Ensuite sur la partie grandes sections de maternelle on a un prévisionnel de 65 enfants et on a 68 places. Sachant que, dans ce que je vous présente, qu’on s’entende bien, sur la restauration on ne rajoute pas de places assises, on reste sur des places qui existent aujourd’hui. Au niveau des CP et CE1 on serait du coup à 102 enfants et on a 132 places assises. Sachant qu’en termes de rotation par rapport au self, on pourra faire passer en premier les CP et CE1 au premier service, s’il y a des CP et CE1 qui ne souhaitent pas manger tout de suite et passer par la suite au self ce sera bien évidemment possible. Pour les élèves de Deloges, (les CE2 CM1 et CM2) qui vont du coup aller d’abord à 30 dans une première partie et le gros de Deloges (les autres) ensuite, on a un taux de rotation du self à 1 et demi, ce qui veut dire qu’il nous faut en termes de timing, pour répondre à une autre question, que chaque enfant ait trois quarts d’heure pour manger. Concernant la fin de service, il n’y a pas de principe de faire se presser les enfants, et je laisserai les responsables scolaires ici présents faire le témoignage de comment ça se passe aujourd’hui, je pense que c’est important. On est absolument pas là-dessus, et on a prévu une fin de service à 13h30. Pour être très clairs, on a fait un test grandeur nature il y a quelques jours, on a banalisé les salles où il y aura des enfants supplémentaires pour voir, clairement, si dans cette organisation les choses passaient en termes d’organisation concrète pour nous, en termes d’espaces nécessaires et en termes de timing. Le test est plutôt concluant même si…

  • Non, non vous ne pouvez pas dire ça ! S’exclame un parent d’élève à voix haute.
  • Je vais…
  • On en reparlera de ça, aujourd’hui !
  • Du coup je vais répondre aux autres questions et si vous avez des retours…
  • Une autre parente d’élève à voix haute : Vous dites « trois quarts d’heure pour les enfants » il s’agit de trois quarts d’heure incluant le temps pour aller à la cantine, pour manger et pour rentrer dans sa classe ou… ?
  • Non, c’est trois quarts d’heure de repas, vous avez raison de poser la question ça n’était pas clair.

Des précisions sur les travaux acoustiques, sur la restauration on a fait des mesures avant travaux pour se rendre compte de la situation et donc on va remplacer l’ensemble des faux plafonds par des meilleurs structures et des dalles avec un meilleur coefficient d’absorption, et dès que c’est fini, après les vacances, on refera courant avril des mesures acoustiques pour constater l’amélioration. Et puis on a prévu de compléter l’installation par des panneaux et d’autres volumes qui permettent d’absorber un peu plus le son. Mais on préfère avoir une nouvelle mesure avant de programmer des travaux qui seraient parfois trop conséquents.


  • Sauf erreur de ma part je n’ai pas vu de dortoirs apparaître dans les plans que vous nous avez montrés, j’aimerais savoir comment sera organisé le temps des siestes pour les petites et moyennes sections de maternelle ?
  • Combien y aura-t-il de places, et combien d’enfants par dortoir ?

Réponse de la cheffe du service enfance :

Par rapport aux dortoirs, pour les moyennes et petites sections de maternelle, ils sont prévus ici en bleu (sur les plans du PowerPoint), donc deux dortoirs qui sont là. En termes de nombre d’enfants par dortoir, on est sur un prévisionnel de 30 enfants. Donc on a prévu que toutes les petites sections puissent dormir. Bien sûr les dortoirs actuels seront réaménagés en fonction des besoins pour accueillir le nombre d’enfants nécessaire.

  • Vous avez parlé tout à l’heure de potentiellement moyennes sections et grandes sections mixtes, comment ça se passe pour leur sommeil ? Interroge une parente d’élève.
  • Alors sachant que pour le sommeil, les dortoirs sont vraiment que pour les petites sections, les grandes et moyennes sections ne vont pas aux dortoirs. Ça ce sera une responsabilité de l’Éducation Nationale au niveau de l’école de faire des classes mixtes ou pas mixtes…
  • Un autre parent d’élève essaie d’intervenir à la suite en posant une question sans micro, mais la cheffe du service enfance poursuit : On prendra les questions après…

  • J’ai une question concernant les travaux de désamiantage, le sujet a-t-il été bien étudié ? En combien de temps pensez-vous qu’ils seront réalisés ? Si c’est en deux mois, il me semble que c’est impossible ?

Réponse de la responsable du patrimoine :

Concernant les délais de travaux sur l’amiante, oui on a étudié la question puisqu’on a déjà un marché avec l’entreprise qui intervient régulièrement sur nos bâtiments, donc on les a contactés pour pouvoir programmer ce projet et on a des calendriers très précis, on a passé des commandes à l’entreprise, on les a réservés à l’avance pour être sûrs qu’ils aient plusieurs équipes sur place. On a divisé notre intervention en deux avec des équipes différentes sur Deloges et sur Morère. On a pas encore trop parlé planning mais on est obligés de commencer en vidant complètement les écoles de leur mobilier, donc dès la fin de l’école le 7 juillet, le vendredi soir des équipes de déménageurs vont intervenir pour vider complètement les écoles. Ils vont faire ça tout le week-end, et dès le lundi l’entreprise de désamiantage intervient pour venir poser ses valises. Il y aura eu, la semaine d’avant, des relevés, conformément à la réglementation. Donc on intervient sur Deloges rez-de-chaussée en priorité parce qu’on a d’autres travaux qui suivent, avec 2-3 étapes. Donc nous sommes obligés de commencer par ce lieu-là, et sur le premier étage de l’école élémentaire Morère, parce qu’après nous avons les transformations des salles de classes à effectuer. Donc là l’entreprise intervient sur deux semaines et demie en désamiantage, j’ai le planning sous les yeux ça a été étudié avec eux. Et puis sur le reste des locaux, donc les deux autres étages à Deloges et sur le deuxième étage de l’élémentaire Morère, ils commencent quasiment à la fin de ces travaux-là, ça durera deux semaines pleines. Donc nous auront, en gros et en tout, 4 semaines et demie de désamiantage. Après on enchaîne avec la pose des nouveaux sols. Donc j’suis d’accord ça va être très tendu, c’est pour ça qu’on a limité le nombre d’interventions à faire par la suite, qu’on a alors réparties sur les vacances de Pâques, et d’autres qu’on fera à la Toussaint, notamment sur l’école maternelle Morère, parce qu’on a des contraintes techniques. Pour le désamiantage ce sera l’entreprise « WIG France », ça fait 4 ans qu’on travaille avec eux, ils sont déjà intervenus dans d’autres écoles, notamment sur l’école Jean Macé et l’école Langevin, où on avait refait des étages complets d’écoles sur le temps d’été.


  • Une question concernant les locaux, on a eu une très mauvaise surprise sur l’école Tailhan, quand on a remplacé les fenêtres ça a fait des moisissures partout. Est-ce que des VMC (ventilation) seront bien prévues suite aux travaux sur les écoles ?

Réponse de la responsable du patrimoine :

Vous avez raison, j’ai pas cité ces travaux-là. Quand on change les fenêtres, on isole le bâtiment et donc effectivement, on le rend plus étanche et il faut ventiler. Avant il y avait une ventilation très naturelle grâce aux fuites par les vieilles fenêtres, là il n’y aura donc plus cela. Donc oui on a bien prévu de mettre une VMC sur les élémentaires Deloges et Morère.


  • Est ce qu’il est prévu une visite des écoles « refaites » pour les nouveaux élèves, et si oui quand ?

Réponse de la responsable du patrimoine :

Concernant des visites pour les nouveaux élèves et les parents, je suis allée à un conseil d’école récemment où nous en avons parlé, et donc ce sont les directrices d’école qui vont organiser des visites, au moment le plus opportun, parce qu’il y aura aussi des déménagements de livres, de mobilier et de jeux, donc il faudra laisser le temps de faire tout ce travail juste avant la rentrée, avant de pouvoir vous accueillir et accueillir vos enfants dans les locaux.


  • Au niveau des effectifs péri-scolaire, on ne nous a pas donné les effectifs précis, peut-on les connaître ?

Réponse de la cheffe du service enfance :

Sur les effectifs péri-scolaire, je vous ai répondu (plus haut) sur le temps de la cantine (midi). Sur le temps du matin, en petite et moyenne section de maternelle on dépasse pas les 25 enfants dans les effectifs prévisionnels. Et sur les accueils après-midi et soir on a entre 65 et 70 enfants. Sur l’après goûter on est sur une moyenne de 55 enfants. Sachant que les locaux identifiés « périscolaire » peuvent accueillir jusqu’à 90 enfants de maternelle. Sur les grandes sections, on devrait être, en accueil du soir, sur une moyenne de 60 enfants en prévisionnel. Sur les CP et CE1 on est sur 90 enfants en moyenne. À chaque fois on est à peu près à un pourcentage de 60-70% du total des élèves qui doivent être accueillis. Pour être très clair. C’est le pourcentage le plus élevé de l’ensemble des accueils périscolaires de toute la ville. Et sur l’accueil du soir à Deloges (les CE2, CM1 et CM2) on devrait être sur 140 enfants si on est sur 70 %. Mais si on regarde les effectifs et le pourcentage d’accueil aujourd’hui des enfants de cette tranche d’âge-là, ce serait plutôt 90 enfants en tout. Voilà, pour vous donner à peu près les ratios que nous avons.


  • Je voulais savoir si les règlements intérieurs allaient être changés suite au regroupement avec les enfants de Bara, et si oui dans quel sens ? Par exemple est-ce que l’accueil des parents se fera d’une façon différente ? Est-ce que le goûter du soir sera différent pour les enfants qui seront au TAP ? (temps d’activité péri-scolaire)

Réponse de Madame Graveleau, maire adjointe :

Il y aura forcément des modifications de règlement intérieur dans les écoles, mais ceux-ci appartiennent à l’Éducation Nationale, qui fera bien sûr le travail.


Deuxième série de questions

  • Vous dites qu’il y aura à peu près 27 enfants en moyenne par classe, mais vu les nouvelles constructions en cours il y aura sûrement des nouvelles familles qui s’installeront à Palaiseau, donc au futur on est pas loin de remplir les classes avec 30 à 40 enfants. Donc avec quelles mesures prévoyez-vous cela ?
  • Peut-on avoir une synthèse écrite de tous les chiffres, à savoir les ratios de nombre d’élèves par classe, de nombre d’élèves par salle de cantine, les horaires, et notamment une synthèse des marges envisagées, tenant compte de facteurs tel que l’urbanisation galopante… etc ?

Réponse de Madame Graveleau, maire adjointe :

Le nombre d’élèves par classe n’est pas de notre prérogative, mais de celle de l’Éducation Nationale.

Vous parlez d’urbanisation galopante à Palaiseau. L’urbanisation n’est pas galopante dans le centre de Palaiseau…

  • Des parents d’élèves s’exclament dans le public
  • Soit je termine ma phrase, soit je passe à une questions suivante c’est comme vous voulez, menace Madame Graveleau
  • Le public rie et s’étonne

Madame Graveleau poursuit, c’est une question qui a été posée dans de nombreux conseils d’école, à laquelle j’ai répondu de nombreuses fois, toujours la même chose : pour savoir combien de nouveaux élèves sont à prévoir on utilise, en fonction des nouveaux logements qui sont livrés dans un périmètre, un ratio de l’INSEE qui nous permet d’envisager et de faire une prévision des effectifs scolaires. Dans les livraisons de bâtiments prévus dans le centre-ville, à court terme y’a pas grand-chose, y’a « Jardiland », et on sait combien d’enfants ça devrait apporter à peu près. Je vous donnerai deux exemples qui montrent que les chiffres sont trompeurs : le quartier Camille Claudel, qui a amené finalement beaucoup plus d’enfants que prévu, beaucoup plus, et le quartier de la gare militaire qui en a apporté beaucoup moins. Donc de toute façon ces chiffres ne sont que des approximations. Dans une durée moyenne à venir il n’y a pas de problématique de locaux dans la nouvelle école du centre. Le nombre d’enfants par classe dans l’école qu’on va ouvrir à la rentrée n’est pas supérieur à ce qui existe aujourd’hui, il est strictement identique voire inférieur. Donc pour l’instant à moyen terme on n’a pas de difficulté particulière pour accueillir les enfants dans cette école.

Voilà ! Donc je vous demanderai de me faire un tout petit peu confiance aussi !

  • Excusez-moi madame ! Dans l’état actuel des choses aucune ouverture de classe n’est possible, dans aucun des bâtiments, intervient une parente d’élève
  • Non non c’est tout à fait faux, répond madame Graveleau, il y a des salles qui peuvent être transformées en salles de classe, bien sûr.
  • Donc ça veut bien dire que les ouvertures de classes et de salles, potentiellement provoquées par l’arrivée de nouvelles constructions dans le centre, se feront au détriment des salles ressources comme la bibliothèque, la salle d’arts plastiques…
  • Si vous criez, moi j’arrête hein, coupe Madame Graveleau avec son micro
  • Je parle fort pour que tout le monde entende car je n’ai pas de micro…

Et madame Graveleau poursuit : Donc, y a pas de problématique de salle de classe, à l’heure actuelle moi je ne lis pas dans le marc de café, je n’ai pas de boule de cristal, vous non plus, donc faites-nous confiance, je pense que… sinon on ne peut pas y arriver. En tout cas il n’y a pas de problématique… tout de suite maintenant.

  • Le public gronde : « Sauf qu’il n’y aura plus de salles ressources en fait… », « c’est la fin des salles ressources ! », « et donc y’a pas de marges ! ».

Il peut y avoir des marges qui se dégagent, enchaîne madame Graveleau, parce qu’il peut aussi y avoir des bâtiments que l’on peut récupérer, qui sont des bâtiments « mairie », mais pour l’instant je n’ai pas à en parler davantage.

  • Le public tente d’intervenir en nombre sur cette question, « mais quels sont ces bâtiments dont vous parlez ? », « il n’y a pas d’autres bâtiments dans Morère et Deloges ! », « pourquoi fermer Bara alors, si c’est pour rouvrir d’autres locaux à terme ? »
  • C’est pareil hein, si vous m’agressez moi j’arrête, se défend l’élue. On va répondre aux autres questions et vous pourrez reposer vos questions ensuite selon la règle que nous avons énoncée en début de réunion. (rires dans le public)

  • Au sujet des récréations, puisque désormais les grandes sections de maternelle se retrouveront dans la même cour avec les CP et CE1, je voulais savoir si, pour le coup, ma fille risquait de se faire embêter par les plus grands, notamment autour des nouvelles structures de jeux que vous comptez installer ? Ou s’ils auront chacun leur temps de récréation ?

Réponse de la cheffe du service enfance :

Sur la question des récréations ce sera de toute façon quelque chose qui sera organisé avec les équipes enseignantes des deux écoles…

  • Une parente d’élève intervient à voix haute : Excusez-moi de vous couper, je me demande pourquoi les équipes enseignantes ne sont pas ici sur la scène pour répondre avec vous ?
  • Alors, reprend Madame Graveleau, l’Éducation Nationale représentée par son inspectrice n’est pas présente parce qu’en période pré-électorale les fonctionnaires d’État ont un droit de réserve à observer…
  • « C’est faux ! » interviennent en nombre des gens du public, « ça ne vaut que pour les fonctionnaires d’autorité »
  • Elle est pas enseignante, hein, l’inspectrice de l’Éducation Nationale, répond Madame Graveleau
  • « Mais la question portait sur les enseignantes », rétorquent plusieurs personnes du public.
  • On pensait que vous parliez de l’inspectrice de l’Éducation Nationale… car les enseignants sont représentés par l’inspectrice… Écoutez… si vous me faites ce procès…
  • Ce n’est pas un procès c’est une question madame !
  • Alors, c’est parce qu’en fait, l’Éducation Nationale a ses prérogatives, nous avons les nôtres, qui sont des compétences « mairie », mais on travaille avec l’Éducation Nationale, ce n’est pas parce que les équipes enseignantes ne sont pas présentes sur la scène que l’on ne les écoute pas.
  • « Elles étaient contre la fusion », réagit une parente d’élève.

Et la Cheffe de service enfance reprend :

Du coup concernant les récréations, comme je vous le disais, cela relève de la compétence des deux directrices, celle de la maternelle et celle de l’élémentaire, c’est un point dont je sais qu’elles ont discuté, elles pourront donc vous donner les réponses, par le biais des conseils d’écoles, si vous les interrogez…

  • Une dame se lève du premier rang dans le public et prend le micro : Bonjour je suis donc la directrice de la maternelle Morère, je peux répondre à cette question. Il y aura deux récréations, donc une récréation pour les grandes sections de maternelle et une récréation pour les CP et CE1, voilà, dans les locaux donc de l’école élémentaire Morère.

  • Est ce que vous avez prévu un plan B si jamais vous avez des problèmes avec les travaux, des retards, ou encore si la fusion des écoles était annulée ?
  • Dans ce qui nous a été présenté, je ne vois que des dégradations par rapport à la situation actuelle et celle des dernières années, du coup je ne comprends pas, pourquoi vous êtes-vous précipités dans ce projet de fusion ?

Réponse de Madame Graveleau, maire-adjointe :

De mon point de vue, il n’est pas question de revenir sur le « pourquoi on ferme Bara ? », puisque de toute façon les choses sont ainsi. Donc maintenant on vous propose quelque chose, un projet, qui est abouti, qui a été voté en conseil municipal, je souhaite que nous restions sur d’autres types de questions qui ont été posées jusqu’à présent, qui sont des questions très pertinentes d’organisation.

Le directeur des services techniques prend la parole :

Non il n’y a pas de plan B, les travaux nous avons l’habitude de les mener, on a l’habitude de réaliser des travaux durant l’été, sur l’école Langevin l’année précédente on a cassé tout un étage, refait l’amiante, quand je dis « casser » je veux dire qu’il ne restait plus que la structure porteuse. Donc on a cassé toutes les cloisons, on a retiré l’amiante, reconstruit les cloisons, remis en état l’éclairage, le faux plafond, le sol, je vous passe les détails… et la mise en peinture, et tout ça durant les vacances d’été. Donc on a nos petites habitudes, on a anticipé, tout est planifié, c’est une affaire aussi de maîtrise, ça fait partie de notre métier de maîtriser et de suivre au jour le jour l’ensemble des réalisations de travaux, et s’il y a un dérapage ne serait-ce que d’une ou deux journées et bien on voit avec les entreprises pour que les moyens soient mis en œuvre, y compris travailler le week-end, ou jusqu’à plus tard dans la journée. Pour ça l’entreprise a des exigences très fortes.


  • Dans la présentation des travaux pour Deloges, vous avez évoqué une mise en conformité pour la sécurité incendie à partir de 2018… Alors deux questions : qu’en est-il de ces mêmes mises en conformité pour les deux autres écoles Morère ? Et quid de l’autorisation d’accueillir des enfants si les bâtiments ne sont déjà pas aujourd’hui aux normes sécurité incendie ?
  • Y a t-il des accessibilités handicapés dans les écoles ? La loi de 2005 l’oblige, avez-vous prévu d’en installer ?
  • Sur la sécurité incendie, je suis extrêmement choqué, qu’avec 80 enfants supplémentaires dans l’établissement, les travaux de mises aux normes et de conformité soient reportés à 2018. Qu’en est-il ?

Réponse de la responsable du patrimoine :

Aujourd’hui effectivement aucun des bâtiments ne répond aux normes de sécurité incendie et d’accessibilité, mais il n’y a rien d’inquiétant. Les bâtiments sont visités régulièrement par des commissions de sécurité et on obtient toujours des avis favorables. En fait y a beaucoup de bâtiments qui ne sont pas aux normes parce que les réglementations changent. On a l’obligation de mettre aux normes dès qu’on fait des travaux dans le bâtiment et jusqu’à présent nous n’avions pas fait de gros travaux, là ça va être le cas. Donc on est en train de déposer le dossier d’autorisation de travaux auprès du SDIS. Il y a eu des commissions de sécurité au mois de mars dans les écoles élémentaires Morère et Deloges, où les pompiers nous ont donné un programme de préconisations qu’on connaissait déjà, il y en a qui vont être effectuées dès cette année, comme des adaptations mineures en termes de type d’alarmes ou de portes, et il y en a d’autres qui sont plus conséquentes au niveau de l’isolation des couloirs par exemple, qu’on réalisera en 2018. Ça c’était pour la partie incendie, donc effectivement on a un plan de mise en conformité de l’ensemble de nos bâtiments, au fur et à mesure des années, donc pour les deux écoles élémentaires ce sera pour 2018, et pour l’école maternelle ce sera programmé pour les années suivantes. Donc chaque année on réalise des travaux d’amélioration des normes de sécurité incendie.

Sur l’accessibilité, la ville s’est engagée, via un agenda d’accessibilité programmé, à mettre en conformité l’ensemble de ses équipements communaux, c’est un agenda qui a été déposé en 2015 conformément à la réglementation donc vu l’importance du patrimoine communal au niveau des équipements on bénéficie d’un délai de 9 ans pour réaliser l’ensemble de ces mises en conformité. Donc je ne vais pas vous refaire tout l’agenda d’accessibilité sur l’ensemble des bâtiments mais sur ce site-là, donc, l’ensemble des 3 bâtiments maternelle Morère, élémentaire Morère et élémentaire Deloges il est prévu de les réaliser dans la troisième période d’agenda, soit dans les années 2022-2024. Donc effectivement ce sujet-là d’accessibilité ne va pas être traité maintenant, ce sera réalisé plus tard. Tous les aménagements qu’on va faire vont respecter la réglementation, mais on ne va pas rendre conforme l’ensemble des bâtiments dès cette période 2017/2018… mais on répond tout à fait aux réglementations… mais on peut pas rendre l’ensemble des bâtiments accessible en deux ans. Et par rapport à la question des 80 enfants supplémentaires, vis-à-vis de la sécurité incendie, bien évidemment les travaux qu’on fait tiennent compte de l’effectif global d’élèves dans les écoles, mais en fait ça change très peu, parce que, oui certes il y aura plus d’enfants, mais les bâtiments étaient déjà destinés à accueillir autant d’enfants : sur la maternelle Morère on change quasiment pas d’effectif, sur l’élémentaire Morère on ne change pas l’effectif, il y a déjà 5 classes accueillies et il y aura toujours 5 classes à la rentrée, et sur l’élémentaire Deloges l’école a été dimensionnée pour accueillir 10 classes d’enfants et il n’ y en aura que 8. Donc les bâtiments sont tout à fait aptes à accueillir ce nombre d’enfants si tant est que l’on respecte bien les travaux qu’on doit faire en termes de sécurité incendie.


  • Concernant l’installation d’un nouveau portail à Morère, j’aimerais savoir ce qu’il va être fait, clairement ? Et savoir si la rue Morère serait du coup fermée ?

Réponse du directeur des services techniques :

Concernant le portail on va faire une intervention pour déposer le portail actuel et le remplacer par un nouveau portail qui devrait être plus efficace puisqu’il sera motorisé pour s’ouvrir spécifiquement aux heures d’accès aux écoles, ce qui permettra d’avoir un élément qui se ferme automatiquement et qui sécurisera l’espace intermédiaire entre les deux écoles Morère. Ce portail sera aussi équipé d’éléments visiophones. Il y aura donc de l’amélioration en termes de contact depuis l’espace public vers les différents interlocuteurs de l’école et en termes de sécurisation de l’espace central entre les deux écoles et aussi l’accès au réfectoire. On en profitera aussi pour requalifier les espaces verts aux abords du portail pour améliorer la situation.

Concernant la rue Morère elle-même, on mène des réflexions. Aujourd’hui il y a plusieurs options possibles, dont a été citée la fermeture de la rue et toute une série d’autres options qui sont à l’étude mais aucune ne présente aucun inconvénient. Selon les configurations, fermer la rue Morère représente des avantages mais aussi des inconvénients, on peut aussi laisser la rue ouverte mais avec des principes de gestions spécifiques… etc. Donc voilà, on est en train de faire cette étude, et on a pas abouti parce qu’il y a des choix à faire et qu’il y aura des avantages et des inconvénients dans chaque solution. Donc on est en train d’affiner les études pour proposer et mettre en œuvre la meilleure solution pour garantir la meilleure sécurité pour les parents d’élèves et les enfants.


  • J’aimerais, suite au test « grandeur nature » que vous avez fait à la cantine cette semaine, savoir ce qui a été mis en place, savoir comment ça s’est passé et les retours que vous en avez ?

Réponse du responsable péri-scolaire de l’élémentaire Morère :

Moi je trouve que c’était un bon test, parce que mine de rien à 13h10 tous les enfants avaient fini de manger. Bon effectivement c’était peut-être un peu faussé parce qu’au menu c’était des pâtes à la bolognaise… mais quand c’est bon il arrive aussi que les enfants aillent chercher du rab donc on ne finit pas forcément plus tôt. Du coup, tout l’espace de la cantine qui sera dédié l’année prochaine aux grandes sections de maternelle n’a même pas été utilisé, c’est-à-dire qu’on aurait dû utiliser encore une autre partie de la cantine, on n’en a pas eu besoin et j’ai pas eu l’impression que ça c’était mal passé.

  • La cheffe de service enfance donne la parole à un parent d’élève pour qu’il exprime les retours qu’il a eu de ce test : Moi ce qui m’intéresse de savoir surtout, c’est comment ça s’est passé, comment vous l’avez organisé ? Vous avez dit tout à l’heure qu’il y avait trois classes qui étaient arrivées en même temps. Pour moi c’est là qu’il y a eu un problème, parce que ceux qui étaient de la troisième classe ont alors dû attendre très longtemps avant de pouvoir manger. Moi le retour que j’ai eu de mes enfants, ils me l’ont raconté le soir dès qu’ils sont arrivés parce qu’ils ont dû attendre très très longtemps avant de manger. Donc le problème n’est pas que sur le temps donné pour manger, mais aussi sur la façon dont c’est organisé. Alors comment avez-vous mené le test ? Comment avez-vous emmené les différentes classes ?

Réponse du responsable péri-scolaire de l’élémentaire Morère :

Alors, du coup sur Deloges ils sont venus avec les CP, CE1 et les CE2. Ça a été organisé comme ça parce qu’effectivement les CP et CE1 de toute façon l’année prochaine mangeront en début de service, donc on voulait les faire manger en premier, ce pourquoi on a fait passer ceux de Morère élémentaire au début. On a fait venir ceux de Deloges au début aussi. Effectivement je pense que ça a dû être long, vu qu’il y avait aussi les CE2, donc trois classes ensemble… Après pour être honnête moi je sais que sur Morère par exemple, ne sachant pas comment ça se passe sur Deloges honnêtement, mais sur Morère quand ils ont envie de venir manger, ils viennent. Donc on a aussi des fois une queue qui va jusqu’à la moitié du préau… mais pour autant on n’a jamais eu de retour sur l’attente ou la longueur…

  • La différence c’est que ceux qui viennent de Deloges il faut les faire traverser la rue, répond le parent d’élève, donc on n’est pas dans le même cas que Morère où les enfants peuvent venir manger quand ils le souhaitent. Là ce sont trois classes qui ont été amenées, et c’est ce qui a été dit au départ, le test qui a été fait était de prendre 3 classes de Deloges pour aller manger et de les amener en un seul coup à la cantine, donc c’est exactement ce que vous avez testé, vous avez testé la future configuration…
  • Juste pour repréciser, reprend la cheffe du service enfance, sur le test il y a eu effectivement le transfert des CP et CE1 de Deloges qui devaient passer dans un premier temps, puisque ce sera une future (salle de cantine ?) CP et CE1 donc on voulait faire un test avec des enfants d’âge CP et CE1 qui passaient au premier service, et après on a eu un troisième groupe de 25 enfants de CE2 qui sont passés dès le départ, et qui eux ont mangé dès 11h50, le temps d’arriver jusqu’à la cantine. L’ensemble des autres CE2 est arrivé sur 12h15 et ensuite les CM1 et CM2 de Deloges ont commencé à manger à partir de 12h30, et sont arrivés de manière échelonnée jusqu’à 12h45. Sachant que le quart d’heure de battement est dû au quart d’heure des CP et CE1 qui finalement ont dû traverser la rue depuis Deloges alors que dans le futur ils seront à Morère élémentaire.

Je vous propose du coup qu’on puisse, peut-être, faire un plan plus détaillé de ce retour, parce qu’on n’avait pas eu ce retour de temps long de la part des responsables péri-scolaire, au contraire sur Deloges comme on a fait une organisation où tout au long du service les enfants peuvent arriver et repartir, c’est-à-dire qu’on n’attend pas d’avoir 20 enfants pour faire le trajet, mais qu’on fait une fluidité – dès qu’il y en a 5 qui ont fini de manger, ils repartent et d’autres arrivent – on a du coup eu un retour des enfants qui nous disaient que c’était plus sympathique parce qu’ils restaient moins dans la salle de restauration et qu’ils pouvaient tout de suite repartir faire des activités. Donc j’veux bien qu’on croise nos regards là-dessus, puisqu’on a posé une organisation, encore une fois l’organisation n’est jamais figée, là ça avait l’air de fonctionner mais s’il faut la réajuster on la réajustera dans la mesure du possible.

Madame Baron, conseillère municipale de la majorité, prend la parole :

Je voulais juste préciser que les équipes vont être accompagnées, dès la rentrée prochaine, qu’on évaluera quand il y aura des soucis et qu’on adaptera de nouveau l’organisation si jamais il y avait des problèmes de passages.

Le responsable périscolaire de l’élémentaire Morère, employé par la ville, reprend pour finir :

En fait je voudrais juste rebondir là-dessus, le souci qu’on a eu ce n’est pas forcément qu’il y ait 3 classes qui arrivent en même temps. Le problème c’est qu’on a toujours ce souci, dans n’importe quelle école où j’ai pu travailler : dès le début du temps du midi, dès qu’on descend des classes, on a quand même le gros des élèves qui va directement manger et donc on se retrouve avec de gros effectifs à la cantine. Par exemple, sur 170 gamins, y’en a une centaine qui vont directement à la cantine en descendant des classes, donc on se retrouve forcément ensuite avec un temps d’attente, parce que mine de rien, on n’a que deux dames de cantine qui sont au self pour servir etc… Ensuite ça devient plus fluide, quand les enfants viennent manger plus tard…


  • Dans votre présentation vous indiquez les travaux que vous allez effectuer pour rendre possible la fusion, par contre vous n’indiquez aucune date de départ, de fin, aucune indication de coût, et y’a rien concernant 2018… J’avais cru comprendre qu’il y avait aussi des travaux à réaliser en 2018, pouvez-vous nous en dire plus ?

Sans réponse…


  • Merci pour la précisions des transparents qui ont été présentés. Vous dites que le taux d’encadrement au péri-scolaire restera identique, et là vous nous avez présenté des champs de contraintes qui m’ont l’air très supérieurs, et ça me paraît un p’tit peu limite quoi, alors qu’en est-il ?

Réponse de la cheffe du service enfance :

Effectivement, les taux d’encadrement restent identiques avec trois fonctionnements et avec des taux d’encadrement qui ont été conservés sur la ville de Palaiseau. Ils sont de 1 pour 10 pour la maternelle Morère, et de 1 pour 14 pour les élémentaires, sachant que ce sont des taux qui sont meilleurs que la réglementation 2016, donc au-dessus des normes actuelles. Et en parallèle on a prévu un animateur volant qui fera du coup la transition entre la maternelle Morère et l’élémentaire Morère. Et on verra sur le temps du midi, également sur la question des allers-retours entre la cantine à Morère et l’élémentaire Deloges, où effectivement nous mettrons en renfort une personne, mais ce ne sera pas que de l’encadrement, enfin je ne pense pas…


Troisième série de questions

  • Je voulais savoir si, pour les nouveaux enfants qui rentreront en petite section maternelle à la rentrée, il y aura une journée d’adaptation prévue ou non ?

Réponse de la directrice de l’école maternelle Morère :

Ce que j’entends c’est qu’il va falloir que l’on se rencontre. Donc on avait prévu, avec la directrice de la maternelle Bara et la directrice de l’élémentaire Morère, de positionner une réunion pour vous accueillir sur les deux écoles Morère où il y aura des élèves de maternelle. Puis après on s’est demandés si finalement ça avait un sens de vous faire visiter les écoles avant les travaux plutôt qu’après…

  • Dans le public des parents réagissent : « oui », « avant et après », « on aimerait bien voir les projets »…
  • La directrice reprend : oui mais comme il va y avoir des travaux…
  • Dans le public : « on voudrait voir la cantine aussi »…
  • Alors pour la cantine, continue la directrice, je laisserai la mairie s’en occuper, car ce n’est pas ma responsabilité de directrice. Mais on est quand même là pour entendre vos demandes et vos attentes… Donc je disais, nous avions positionné une date, et c’était d’ailleurs compliqué de le faire, en fonction des impératifs des trois écoles… Par contre nous à l’école maternelle Morère c’est sûr que chaque année on accueille les nouvelles familles, aussi bien des petites sections que des moyennes sections et des grandes qui peuvent arriver pour la première fois sur l’école. On vous accueille au cours d’une réunion donc là ce sont les familles et après les enfants on les accueille sur une matinée, à la suite de cette réunion vous vous inscrivez et on accueille votre enfant dans l’école. Ce qu’on a aussi programmé, bien sûr, c’est de faire se déplacer les enfants de la maternelle Bara pour qu’ils visitent cette année, ceux qui iront dans le bâtiment maternelle Morère et ceux qui iront dans le bâtiment de l’élémentaire Morère. Donc cela se fera sur le temps scolaire avec les enseignantes comme quand chaque année nous faisons visiter, aux élèves de grandes sections, l’école élémentaire qu’ils rejoindront l’année suivante. C’est donc prévu mais plutôt pour les enfants, et ça se fera au mois de juin. C’est vrai qu’on était plutôt restés sur l’idée de vous faire bien visiter l’école à la rentrée quand tous les travaux seront faits, les peintures refaites, etc. Sincèrement toute l’équipe aura plus de plaisir à vous accueillir dans une école où les travaux ont été faits… Mais bon si vous voulez à tout prix visiter avant, sachant que dans le bâtiment maternelle Morère, toutes les classes vont bouger…

Madame Graveleau, maire adjointe, prend la parole :

Il y a déjà eu une visite des écoles qui a été organisée par les services pour les parents d’élèves…

  • Le public intervient : « non madame c’était seulement pour les représentants des parents d’élèves ».
  • Oui, poursuit madame Graveleau, parce qu’on passe par les représentants vu que vous êtes très nombreux. Je pense qu’ils peuvent aussi vous faire un retour, il y a donc eu une visite qui a duré un certain temps, je pense 2 bonnes heures, voire 3 heures, le 8 mars au soir. Le but était que chacun puisse se rendre compte de l’existant et pour certains de prendre connaissance de lieux qu’ils ne connaissaient pas. Il y avait une dizaine de parents donc moi je vous invite à vous tourner vers eux, pour qu’ils vous rendent compte de ce qu’ils ont pu observer et puis bien sûr vous aurez l’occasion de visiter les locaux une fois qu’ils seront aménagés.

La directrice de la maternelle Morère reprend la parole :

Donc en tout cas j’entends votre demande, et c’est donc avec plaisir que nous vous accueillerons à l’école maternelle avant les travaux.


  • Y a-t-il un moyen de recevoir des informations en général, comme pour savoir quand se produit une réunion de ce genre par exemple, quand il y a des portes ouvertes, etc ? Y a-t-il moyen de recevoir ces informations par mail, ou voie postale ? En tout cas autrement que par voie orale et par le bouche à oreille.

Sans réponse…


  • Quel effectif d’ATSEM prévoyez-vous l’année prochaine sur les écoles ?

Réponse de la cheffe du service enfance :

On reste sur le même fonctionnement que jusqu’à présent. Au niveau des écoles maternelles, on sait que la règle d’attribution c’est 1 ATSEM pour 25 enfants de petite section et 1 ATSEM pour 50 enfants de moyenne section. Ce qui fait que par rapport aux effectifs actuels on est sur 6 ATSEM si on regroupe les maternelles Bara et Morère. Parallèlement nous mettons un renfort « première année » avec une ATSEM supplémentaire sur l’élémentaire Morère pour les grandes sections de maternelle. Après ça relèvera de la directrice d’école de répartir le fonctionnement des ATSEM et de voir qui elle met sur chaque bâtiment.


  • J’ai cru comprendre qu’il avait été déposé un recours au tribunal administratif concernant la carte scolaire qui a été votée en conseil municipal, donc si la fermeture de Bara était jugée illégale par le tribunal administratif suite à ce recours, y aurait-il un plan B ou quelque chose de prévu par la mairie ?

Réponse de Madame Graveleau, maire-adjointe :

Ce recours a été fait par 10 familles, il y a eu un retour de la préfète qui a refusé le recours gracieux. Donc la préfète a répondu qu’il n’y avait pas lieu de faire un recours… en tout cas ce qui avait été demandé par les parents d’élèves n’a pas été retenu par la préfète, qui elle-même nous a fait une attestation ultérieure, juste après le conseil municipal et un contrôle de légalité. Donc le contrôle de la légalité fait auprès de la préfecture, il n’y a pas de difficulté particulière. Après ça, une fois que le recours gracieux est rejeté, au tribunal administratif c’est quelque chose qui peut durer un certain temps, le temps de la justice moi je ne le connais pas. Donc nous n’avons pas d’inquiétude particulière, on n’a pas de plan B parce qu’à priori y’a pas vraiment de raison pour que le tribunal administratif nous oblige à revenir sur ce qui a été voté. Maintenant si tel était le cas, et bien « à chaque jour suffit sa peine », pour l’instant la préfète a, elle, refusé le recours gracieux. Et je rappelle quand même qu’il y a 10 familles qui sont à l’origine de ce recours.


  • Pour revenir sur l’amiante, je voulais savoir si les travaux que vous engagez se font suite à l’étude d’un bureau de contrôle ? Est-ce que ce bureau de contrôle a bien vérifié de fond en comble tous les bâtiments, car parfois on en découvre à des endroits où on ne pensait pas en trouver.
  • Vous parliez d’amiante présente dans les deux écoles élémentaires Morère et Deloges, j’ai l’impression que le bâtiment de la maternelle Morère lui a à peu près le même âge que ces deux-là ? Y a-t-il de l’amiante dans la maternelle Morère ?

Réponse de la responsable du patrimoine :

Sur les établissements nous avons fait faire des études par des personnes qualifiées, on a confié cette prestation effectivement à des organismes extérieurs, dont c’est le métier. Donc il y a des diagnostics qui ont été faits il y a plusieurs années, nous avons des obligations en matière de repérage de certains types de matériaux. Dès que nous faisons des travaux importants nous sommes obligés de faire des diagnostics qu’on appelle « destructifs ». Pour cela on vient casser des bouts de cloisons, de plafonds, de fenêtres, par exemple quand on remplace les menuiseries nous sommes obligés de venir relever les joints etc. Ça, nous ne le faisons pas systématiquement parce qu’il n’y a pas lieu de le faire tant qu’il n’y a pas travaux. La plupart des matériaux qui sont concernés sur le premier diagnostic, ce sont les sols, plafonds, faux plafonds et calorifuges. Donc nous disposons effectivement de tous les diagnostics et nous avons en gros 90% de nos écoles qui sont concernées. L’école maternelle Morère, dont nous n’avons effectivement pas parlé dans nos prévisions, est aussi équipée d’amiante au sol. Les revêtements de sol qui sont équipés d’amiante sont considérés comme « en bon état », il y a par contre des dégradations importantes sur certaines parties d’autres écoles. Donc des travaux de désamiantage de l’école maternelle Morère ne sont pas prévus en 2017/2018 pour le remplacement des revêtements de sol, ce n’est en tout cas pas prévu dans l’immédiat.

  • Une parente d’élève pose une question : Pouvez-vous nous dire quel est le bureau de contrôle qui est passé ?
  • Alors il y a eu plusieurs bureaux de contrôle, parce que les diagnostics ont été faits dans le respect de la réglementation. Il y a donc eu en 1998, il me semble que c’était le cabinet « OGERIS », et puis il y a d’autres diagnostics qui ont été menés en 2005, je crois que c’était « DECRA » ou « PSOCOTEC », je ne sais plus trop, et puis là récemment on travaille avec le bureau « CAMILLE CONSULT ». Pour les travaux, nous avons l’obligation de respecter les seuils de commandes publiques, alors nous passons régulièrement ce que nous appelons des « marchés à bons de commande », qui nous permettent de prévoir et d’avoir une même entreprise qui ont des marchés sur 4 ans maximum. Donc là nous avons passé des marchés sur la maçonnerie, l’électricité, la peinture, les faux plafonds, la serrurerie, la menuiserie extérieure, etc.
  • Sont-il consultables ?
  • Oui, vous pouvez consulter ces marchés sur le site de la ville.

  • J’ai eu l’impression que ma question dans la série de questions précédente n’a pas eu de réponse. Je voulais savoir si vous pouviez mettre à disposition, sur internet par exemple, toute votre présentation avec les délais des travaux, le début, la fin, les coûts, les plans… Vous nous avez dit que vous aviez les détails complets, que vous êtes professionnels, ça veut donc aussi dire que vous être capables de mettre à jour cette présentation, en ligne, avec toutes les infos. Pour nous, parents d’élèves, c’est vraiment important de savoir exactement.

Réponse du directeur des services techniques :

On va donner des précisions sur ces documents, et il sera mis à disposition et diffusé auprès des parents d’élèves. Cette année c’est 1 million d’euros qui vont être mobilisés pour l’ensemble des trois écoles, et l’année prochaine ce sera plus d’1 million d’euros qui seront engagés pour faire les autres travaux.


  • Je fais partie des parents qui vont avoir la « joie » d’avoir un enfant l’année prochaine en grande section de maternelle, dans le même bâtiment que les CP et CE1, tel que vous nous le proposez. J’aimerais savoir pourquoi pour les maternelles vous proposez deux façons de faire le centre de loisir : « chez les petits » et « chez les grands », comment savoir quel copain est chez qui, et pourquoi ? Parce qu’après tout c’était peut-être que vous ne saviez pas quoi faire de lui… enfin moi je le ressens comme ça en tout cas.

Réponse de la cheffe du service enfance :

Cette organisation répond à une demande des représentants des parents d’élèves qui souhaitaient avoir le choix entre un accueil dans les locaux de la maternelle et dans les locaux de l’élémentaire. Donc suite à cette demande nous avons adapté notre fonctionnement.


  • Dans les plans de l’école maternelle Morère, il n’y a pas de dortoirs pour les moyennes sections de maternelle… Donc OK, c’est une opportunité pour vous d’avoir le nombre de salles suffisantes pour faire des classes, par contre, pensez à l’enfant qui est né en décembre de l’année précédente, qui va avoir 3 ans et demi en moyenne section et qui n’aura pas le droit à sa sieste… Ça va être compliqué pour les ATSEM et les équipes enseignantes… Et surtout pour les enfants !

Réponse de la directrice de l’école maternelle Morère :

Alors, je pose une question aux parents de Bara : Est-ce que les moyennes sections dorment aux dortoirs à Bara ?

  • Dans le public des parents répondent que oui, ils dorment au dortoir.
  • La directrice de Morère maternelle reprend : à l’école maternelle Morère les enfants de moyenne section ne dorment pas au dortoir, c’est une commission de l’Éducation Nationale, ils ont ce qu’on appelle un « temps de repos », un temps de retour sur soi qui démarre sur le temps péri-scolaire et qui d’ailleurs s’articule avec ce dernier. C’est un temps de repos qui mord un petit peu en début d’après-midi qu’on organise en fonction des espaces et chaque année ces espaces ne sont pas les mêmes en fonction des effectifs que nous avons… mais les dortoirs ne sont que pour les petites sections de maternelle. Donc là il y aura deux dortoirs et comme l’a dit la cheffe du service enfance, il n’y aura pas de problème en termes de places, car on va récupérer les lits superposés de l’école maternelle Bara. Je pense que ça va nous donner un peu plus d’espace dans nos dortoirs qui sont aujourd’hui très serrés parce que tous les lits sont actuellement au sol.

  • Je suis assez étonné que le maire ne soit pas présent à cette réunion, il était là samedi au forum de la petite enfance, là il trouvait ça intéressant… Est-ce qu’aujourd’hui répondre aux questions de parents ne fait pas partie de ses priorités ?

Réponse de Madame Graveleau, maire-adjointe :

Non, alors c’est pas très gentil pour moi, parce que je compte pour du beurre…
Non le maire n’est pas là, je le représente, je m’occupe des affaires scolaires et péri-scolaires dans la commune, j’assiste à toutes les réunions dont je viens faire la synthèse ici. Ce n’est pas qu’il se désintéresse de la chose, loin de là, mais nous nous partageons la tâche, comme dans n’importe quelle commune. Je suis désolée si je ne vous suffit pas, mais on va faire avec cependant.


  • Concernant le plan Vigipirate, au conseil d’école de Deloges du mois de novembre, on a parlé du « PPMS intrusion attentat », les représentants de parents d’élèves ont signalé qu’il n’y avait qu’une sortie à Deloges et ont demandé qu’au cours des travaux il puisse être créée une deuxième sortie, à l’arrière… D’autre part il y a eu des exercices de confinement dans des salles qui ne ferment pas… On nous avait parlé de la mise en place de portes anti-intrusion, mais là ça ne paraît pas dans la présentation que vous nous faites des travaux, donc j’aimerais savoir s’il y aura des portes anti-intrusion et combien par bâtiment ? Selon Vigipirate, l’Éducation Nationale demande qu’il n’y ait pas d’attroupement de familles et d’enfants devant les écoles aux heures d’entrée et de sortie. Devant les écoles Morère et Deloges il y a toujours des attroupements à ces heures-là, l’an prochain avec la fusion il y aura encore plus d’enfants et de familles, qu’est-il prévu en lien avec l’Éducation Nationale pour qu’il n’y ait plus d’attroupement ?

Réponse de Madame Graveleau, maire-adjointe :

Les parents d’élèves ont en effet fait un certain nombre de demandes de portes anti-intrusion et de sorties à l’arrière de l’école. Toutes les autres écoles ont été faites à peu près en même temps et n’ont pas été évidemment prévues pour des situations que l’on connaît aujourd’hui. Donc il n’y a pas de prévision pour l’instant de deuxième sortie à l’arrière ou de porte anti-intrusion, ça n’est pas à l’ordre du jour, très clairement, nous ne sommes pas hors-la-loi pour autant. Personnellement je ne sais pas ce que sont que des portes anti-intrusion, je connais les boutons moletés, aux portes, qui permettent de les ouvrir les yeux fermés et sans serrure, mais alors les portes anti-intrusion… Et pourtant l’Éducation Nationale, c’est mon métier, mais je ne sais pas ce que c’est… Peut-être ai-je eu un moment d’égarement…

Quant aux « attroupements » devant les écoles, enfin moi j’appellerais pas ça attroupement mais enfin bon… Oui, que voulez-vous que je vous dise, il y a des parents devant les écoles, il y a des mamans qui discutent devant les écoles le matin quand elles emmènent leurs enfants à l’école… des papas pardon, des papas et des mamans… On ne va pas demander aux parents de circuler devant l’école et de ne pas stationner… Des attroupements il y en a malheureusement partout et devant les écoles particulièrement… Voilà, que puis-je vous dire d’autre et quelles réponses puis-je apporter à cela… Je ne vais pas vous interdire de parler avec vos amis.


  • Je ré-insiste pour bien avoir tous les chiffres. Je ré-insiste sur la cantine par exemple vous prévoyez 80% d’élèves qui mangent, c’est très beau les prévisions, mais qu’en est-il des chiffres réels de cette année ? Par exemple à Bara c’est bien au-delà de 80% d’enfants qui mangent à la cantine. Nous avons vraiment besoin des chiffres détaillés, combien d’enfants sont à la cantine cette année par rapport à l’effectif, car comme vous l’avez dit : « on ne peut pas prévoir » et le joli 80% me paraît faible…

Réponse de la cheffe du service enfance :

Quand on parle des 80% c’est plutôt des chiffres « hauts », c’est pour ça qu’on a pris ces chiffres-là, néanmoins on pourra affiner les taux de fréquentation car ils peuvent fluctuer. C’est donc mieux de partir sur un taux de fréquentation moyen, et pour répondre à la question du taux sur Bara, on est sur un taux de fréquentation de 71% d’enfants qui mangent à la cantine. On a vraiment regardé l’ensemble des éléments, et généralement on a moins de fréquentation chez les maternelles que chez les élémentaires.

  • Une dame intervient dans le public : Vous dites 71% à Bara, c’est impossible, ça ferait 21 enfants qui ne mangent pas le midi et il n’y a pas 21 enfant qui partent le midi, donc si vous nous donnez des chiffres qui sont faux il y a un problème dans la confiance Madame ! Je viens de faire le calcul. Si c’est 21 enfants qui partent le midi ça fait 21 parents devant l’école, à Bara il n’y a pas 21 parents devant l’école le midi.
  • Je vais vous répondre, intervient le responsable du péri-scolaire de Bara, non… il n’y a effectivement pas 21 parents qui viennent chercher leurs enfants sur le temps du midi… mais on ne mange pas tous en même temps à la cantine…
  • Mais faut bien des parents qui viennent chercher ces enfants qui ne mangent pas, ça fait 21 enfants qui mangent pas à la cantine, je viens de faire le calcul…
  • Excusez-moi je ne suis pas mathématicien donc je sais pas…
  • La cheffe du service enfance reprend la parole : Y’a pas de souci pour qu’on revérifie les chiffres, normalement ils sont bons mais…
  • Vous comprenez qu’on vous demande des chiffres précis, parce qu’à quelques enfants près ça risque de ne pas rentrer dans la cantine et quand vous nous dites qu’il n’y a pas de marge vous comprenez pourquoi nous, parents d’élèves, on est un petit peu soucieux.
  • Mais vous avez raison, reprend madame Graveleau, les chiffres sont précis, on va les vérifier hein, y’a pas de souci madame. En même temps je pense que c’est comme on a dit, qu’il n’y a pas de problème de place dans la cantine telle qu’on l’a prévue.
  • Vous dites qu’il n’y a aucun problème avec 80% d’enfants qui mangent à la cantine madame, maintenant moi je veux savoir si avec 90% qui mangent on a pas un problème ?! Ça s’appelle avoir les chiffres avec les marges madame !
  • Alors, merci pour la leçon, dit Madame Graveleau, comme je vous l’ai dit, nous allons revérifier les chiffres, ces chiffres proviennent des pointages des effectifs scolaires lors de leurs passages à la cantine, donc il n’est pas sorti de nulle part, mais nous vérifierons, pour que nous puissions garder votre confiance.

Plus tard Madame Graveleau reviendra sur la question : Alors pour les 71% madame, ça y est on a trouvé pourquoi… En fait on a fait une moyenne sur la semaine et c’est le mercredi où il y a beaucoup moins d’enfants qui mangent, qui a fait baisser…

  • Le public réagit fortement, et pour cause le mercredi très peu d’enfants de Bara mangent à la cantine, ce qui fausse le pourcentage et les prévisions.
  • Madame Graveleau poursuit : Bah vous voyez on est honnêtes, parce qu’on vient de réaliser pourquoi…
  • « Oh là là ! », « mais c’est pas possible ! », « c’est complètement grotesque ! » entend-t-on parmi les parents d’élèves…
  • Vous voyez, je vous le dis en direct, tente de rassurer madame Graveleau, y’a pas de filtre. Donc ça veut dire qu’on est en fait à plus de 71%, on va recompter pour vous donner le chiffre précis, parce que là, il y a eu un lissage malheureux.

  • Au niveau du plan Vigipirate, y aura-t-il le même système l’année prochaine que celui que l’on a eu jusqu’à présent à Bara ? Est-ce qu’on va pouvoir accompagner nos enfants dans les classes, au moins pour la petite section de maternelle, ou est-ce qu’il y aura ce concept de juste déposer l’enfant devant le grillage ?

Réponse de la directrice de la maternelle Morère :

Nous avons actuellement deux fonctionnements différents entre la maternelle Bara et la maternelle Morère. Avec le plan Vigipirate, nous à la maternelle Morère on a continué à vous donner accès aux classes, et ça va continuer l’année prochaine… pour les petits et les moyens… par contre pour les grandes sections qui seront à l’élémentaire Morère, c’est encore en discussion, avec ma collègue de l’élémentaire Morère. C’est pas encore acté à l’heure où je vous parle, vous le saurez avant les grandes vacances. C’est une question d’organisation qui est laissée à l’appréciation des équipes enseignantes, en fonction des contextes locaux d’organisation. Sur la commune de Palaiseau il y a des fonctionnements différents selon les écoles pour cette question. À la maternelle Morère nous avons décidé de continuer ce fonctionnement, même si c’est très acrobatique pour nous.


  • Pour information, il y a un nouveau permis de construire qui a été déposé sentier des marais, donc dans le quartier du centre-ville, du coup ça va aussi encore gonfler les effectifs des écoles.

Réponse de madame Graveleau, maire-adjointe :

Comme vous avez pu le remarquer, il n’y a pas de date de début de travaux sur le permis de construire. Ils devraient commencer d’ici 1 ou 2 ans, donc ça pourrait être fini d’ici 3 ans. Alors c’est pas pour tout de suite. Il y a 70 logements qui sont prévus, mais en accession à la propriété, avec une typologie de famille dont on sait qu’il y aura peut-être pas d’enfants, ou alors des enfants d’un âge un peu plus élevé, pas forcément des petits. Je vous ai dit tout à l’heure qu’on a une possibilité, justement à cette échéance-là, de libérer des locaux qui nous permettront d’ouvrir de nouvelles salles de classe.

  • « Donc y’aura plus de salles ressources » réagit une dame dans le public.
  • Mais quand je dis qu’on peut récupérer des locaux, je ne peux pas vous dire maintenant précisément lesquels, mais c’est pas forcément des salles ressources qu’on retirera. Donc après faut regarder ce qu’il y a comme bâtiments municipaux à côté de l’école, voilà !

  • Je voulais savoir si les futures grandes sections allaient aussi pouvoir profiter du grand matériel qui est utilisé dans les ateliers de motricité et les grands parcours etc. parce que ça c’est du matériel qui coûte très cher. Les enseignantes des écoles maternelles les mettent en place pour que toutes les classes de maternelle puissent en profiter, donc est-ce que les grandes sections qui ne se retrouveront plus avec les petites et moyennes pourront toujours en profiter ? Pareil pour les vélos, je ne sais pas si du coup les grandes sections auront des nouveaux tricycles… La cheffe du service enfance répond immédiatement que oui… Alors c’est bien, la mairie de Palaiseau a beaucoup de budget c’est super, reprend la parente d’élève.

Réponse de la directrice de la maternelle Morère :

Il faut savoir que nous allons récupérer tout le matériel pédagogique et EPS de l’école maternelle Bara, et que ce matériel va être transféré principalement dans les locaux et le local de stockage qui vous a été présenté dans les plans de l’école élémentaire Morère. On va donc récupérer tout ce qui sera plutôt pour les petits dans l’école maternelle Morère, et tout ce qui sera pour les plus grands ira dans l’élémentaire. On récupère donc une deuxième structure EPS. On a beaucoup travaillé avec la mairie, pour faire en sorte que les grandes sections puissent disposer quotidiennement du préau de l’école élémentaire Morère, et que si ça n’était pas possible, de ré-envisager pour les grandes sections la possibilité de pouvoir retourner au gymnase. La question a été posée mais nous n’avons pas encore eu la réponse. Je sais qu’à l’école maternelle Bara, le gymnase n’était pas souhaité par mes collègues, mais en tout cas ça a toujours été une demande pour les équipes enseignantes de Morère. Donc y’a des moyens de stockage, on va aussi délimiter un espace qui permet de laisser en place les installations d’ateliers de motricité, et nous ferons en sorte que les associations qui utilisent le préau le soir n’aient pas accès à cet espace-là.


  • Pour tout ce qui est configuration des classes, des doubles niveaux etc., ça pose question, sur une fusion comme ça, qu’est-ce qui est possible ?

Réponse de la directrice de la maternelle Morère :

C’est vrai que quand la question de la fusion a été abordée ça a été notre question essentielle, c’est vrai que cette fusion impose une structure d’école où à priori on ne fait que des classes de simple niveau. Et c’est vrai qu’on a tout de suite dit : bah non, selon les effectifs, selon les années on peut être amenés à faire des classes de double niveau. Donc ça va être une contrainte, qu’on a expliquée à notre supérieur hiérarchique, mais qui nous a dit que c’était pas un réel problème. Nous l’avons pourtant très clairement expliqué à chaque fois, mais on nous a dit que non… Donc voilà, mais bon, en fonction des effectifs on verra justement, et puis on reposera la question à chaque fois. Il n’y aura cependant pas de double niveau grande section-CP, parce que là c’est clairement établi par l’Éducation Nationale, avec les nouveaux programmes, il y a le cycle 1, le cycle 2, et le cycle 3… Bon, ici c’est vrai que les bâtiments ne nous le montrent pas forcément… (rires dans le public), mais il y a bien le cycle 1 qui va de la petite à la grande section de maternelle. C’est vrai qu’il y a certaines années où on a pu avoir des classes de grande section-CP puisqu’à l’époque la grande section était à cheval sur le cycle 1 et le cycle 2 selon les programmes de l’Éducation Nationale, mais aujourd’hui ça n’est plus le cas.


  • Une question pour Madame Graveleau, représentante de la commune, concernant la procédure au tribunal administratif ? Je rassure les parents, le juge statue sur la légalité et pas sur l’opportunité, c’est-à-dire que si la mairie a fait les choses en toute légalité il n’y aura pas de problème, en revanche s’il y a une illégalité là ça pose difficulté. La requête a été transmise à la mairie qui avait un mois pour répondre, est-ce que vous pensez que la mairie va respecter ce délai d’un mois ? Parce que le juge se prononce plus rapidement quand la partie adverse répond à la requête dans le temps qui lui a été demandé. Je voulais donc savoir s’il y a un service juridique à Palaiseau qui s’est saisi de l’affaire et s’ils réagiront en conséquence ?

Réponse de madame Graveleau, maire-adjointe :

Ce n’est pas ma spécialité mais celle de la directrice générale des services…

La directrice générale des services :

Donc oui, effectivement le juge statue en droit et non pas en opportunité. Madame Graveleau vous l’a dit précédemment, la mairie comme toutes les collectivités territoriales, sont soumises à un contrôle de légalité. Donc nos délibérations sont envoyées en préfecture qui expertise la légalité des délibérations de la commune pour la plupart des actes, et notamment cette délibération. Nous avons eu la réponse de la préfecture nous indiquant que la délibération était légale et ne voyait aucun moyen juridique justifiant qu’on remette en cause cette délibération. Nous avons aussi un service juridique qui a expertisé la délibération et qui a d’ailleurs rédigé cette dernière. Il y a aussi des avocats avec lesquels nous travaillons qui ont examiné cette délibération. Donc nous attendons le tribunal administratif qui statuera effectivement en droit.

  • D’accord mais vous ne répondez pas à ma question, reprend la parente d’élève. Justement, le tribunal administratif a demandé à la mairie de communiquer suite à la requête des parents d’élèves, nous attendons donc votre mémoire en défense…
  • Oui, mais il y aura bien un mémoire en défense, répond la directrice générale des services.
  • Vous aviez un mois et là on est au-delà de ce mois, continue la parente d’élève.
  • Je fais tout à fait confiance au service juridique de la mairie, dit Madame Graveleau en reprenant la parole, ce service a ce dossier sur son bureau et y travaille.
  • Le public continue : En tout cas pour que la justice soit plus rapide il faut lui permettre de statuer et donc de répondre au mémoire. C’est sûr que vous pouvez gagner du temps si vous ne répondez pas à la requête.
  • Mais madame, on fait dans la légalité ce que nous avons à faire et j’imagine que les durées légales sont respectées.
  • Vous aviez un mois.
  • Il n’y a pas de raison qu’elles ne soient pas respectées, termine Madame Graveleau.

Partager :Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePin on PinterestShare on Tumblr