#7 – L’hôpital qui cache le désert

Hôpital : Super inauguration

Parmi les projets du plateau, il y a, d’ici 2024, la construction d’un hôpital public sur le site de Corbeville. L’Agence Régionale de Santé (ARS), porteuse du projet, annonce des équipements de pointe, des partenariats avec les scientifiques du coin, 416 lits ainsi qu’un service ambulatoire ultra performant et askip 800 places de parking… Cool non ?

Alors, pourquoi des syndicalistes, associatifs, élu⋅e⋅s, citoyen⋅ne⋅s s’y opposent ? Pas content⋅e⋅s ces rageux⋅ses, d’avoir un nouvel hôpital(1) ? Pour savoir pourquoi ils⋅elles râlent, on a interviewé deux membres de la CGT et un représentant du Comité de défense des hôpitaux Nord Essonne.

L’hôpital unique ta mère

L’hôpital, ils⋅elles ne sont pas contre, leur souci, c’est qu’on l’appelle « l’hôpital unique »… Pas parce qu’il sera exceptionnel mais parce que sa construction entraînera la fermeture de ceux de Juvisy, Longjumeau et Orsay. On passe de 985 lits et places répartis sur le territoire à 416 lits et places sur le plateau(2), la zone la mieux desservie du coin #ironie. Bon courage aux pompiers de Juvisy qui devront prendre la 118 avec une urgence vitale ! Au passage, les syndicats estiment à 900 les suppressions de postes liées au projet. Vive les non remplacements en cas de départ et vive la surcharge de travail sur des personnels déjà débordés.

Hôpital ? (Illu: Flush)L’ARS et M. Guillaume Wasmer, un des responsables du projet, répondent à nos doutes. Pas besoin de plus de lits car le nouvel hôpital sera au max en ce qui concerne l’ambulatoire (les malades arrivent le matin et repartent le soir) et ils aimeraient qu’on dise réorganisation au lieu de fermeture car l’offre de proximité sera maintenue avec l’ouverture de Centres de Consultations et de Soins d’Urgences (CCSU) à Longjumeau et à Juvisy. Ces paroles rassurantes cachent des réalités inquiétantes. L’ambulatoire ne concerne qu’une partie des malades et nécessite un suivi par des médecins, infirmier⋅ère⋅s, kinés. En fait pas si nombreux en ville(3). Les CCSU n’ont d’urgence que le nom, puisqu’ils ne sont composés que de deux médecins qui accueillent les malades et les dirigent au bon endroit. Les CCSU qui fonctionnent bien sont toujours adossés à un hôpital. Ce ne sera pas le cas.

Une population qui vieillit et augmente + des équipements publics moins nombreux + du personnel débordé = une grosse galère en perspective, le désert médical. C’est pas drôle, ça veut dire potentiellement des morts.

L’hôpital qui se fout de la charité

Côté administratif et financier, le projet est lancé. Les hôpitaux de Juvisy, Longjumeau et Orsay ont fusionné pour créer le Groupe Hospitalier Nord Essonne avec à sa tête, Guillaume Wasmer (tu te souviens que c’est un porteur du projet ? belle mémoire). Cette fusion a aussi été l’occasion de mettre en place un PREF (Plan de Retour à l’Équilibre Financier). Les économies, c’est un gros argument du projet. La rénovation (nécessaire) des trois hôpitaux actuels coûterait 300 millions €, la construction du nouveau 240(4). Les petits malins du Comité de défense doivent sûrement regarder le prix/kilo quand ils font leurs courses car ils conseillent de regarder le prix/lit. Et en effet : Rénovation 330 000 €/lit Vs Construction 575 000 €/lit. Mais vous comprenez, il n’y a pas d’argent magique.

Hôpital al ou pas al ?

Bien qu’amorcé, tout n’est pas encore prêt d’aboutir. Le dossier a été refusé par le COmité interministériel de la PERformance et de la MOdernisation de l’offre de soins hospitaliers. Le COPERMO ! Par contre, il n’est pas là pour te sauver de ton funeste destin. Ça non. Ce groupe de mecs, qui a pour but de légitimer les projets de ce type, trouve l’idée fabuleuse mais constate que ça fait quand même pas beaucoup de lits pour la population, donc ils veulent une révision du dossier(5). C’est tout.

Tu te demandes si l’hôpital de Massy, d’Antony ou la clinique de l’Yvette seront toujours là en 2024 ? Oui, ils seront toujours là. Rappelons juste qu’il s’agit d’établissements privés. Augmenteront-ils leurs honoraires quand il n’y aura plus qu’un seul hôpital public dans le coin ? Continueront-ils de traiter les maladies jugées non rentables ? Libre à chacun⋅e de présumer de leurs intentions.

Pour plus d’infos et/ou prendre part à l’opposition au projet, le Comité de défense organise des réunions publiques. Une pétition est en ligne(6). Très utile pour inciter les mairies à déposer des motions contre le projet. Enfin les syndicats organisent des manifs.

O.S.

À lire également :

  • #7 – Le Métro du turfu
    Initialement prévue pour 2024, la ligne 18 du métro – qui devrait relier Paris à Orly via Versailles et le plateau – ne verra pas le jour avant au moins 2027. En fait, elle aurai...
  • #7 – [Dossier] Saclay Grand Paris
    Sans réelle concertation ni bon sens, des élu⋅e⋅s larguent une flopée de projets. Il s'agirait de faire rayonner le territoire à l'international. Une communication agressive est au service de ces proj...
  • #7 – La ZPNAF : Zone de Protection Naturelle, Agricole et Forestière
    « La marche en arrière n’est plus possible. […] Le plateau doit devenir un campus métropolitain. »M. Macron, le 25 octobre 2017Les propos de M. Macron sont révélateurs du projet pour le plat...
  • #7 – Société pas si ville que ça
    Avant tout, faut dire que ce terme désigne des réalités très différentes. Dans l’Antiquité, il a signifié « État » et au 19e siècle, « communauté politique ». L’Union Européenne, d...
  • #7 – Un lycée international pas pour les nazes
    Avec toutes ces grandes écoles et universités qui fleurissent sur le plateau, Palaiseau se devait d’avoir un lycée à la hauteur de ses nouvelles élites. Cela sera chose faite puisqu’un établissement s...
  • #7 – En saignement supérieur
    Créer un cluster sur le plateau de Saclay, pour booster la croissance, a été un des axes de la stratégie de M. Sarkozy en 2008, alors président. Un cluster est un regroupement d'établissements d'ensei...
  • #7 – Jean-Pierre m’a dit quoi ?
    Il est venu sans filet, s’enfiler les questions des palaisien⋅ne⋅s au conseil de quartier du centre, le 22 mars dernier. Dans un discours associant irrationalité et sincérité brute, Jean-Pierre Madika...
  • #7 – Le mystère de R
    Il a toujours été là. Depuis la création de Villebon ? Il est partout. Dans la rue, devant les bars, sur le quai du métro, sous les abribus. Il a un nom de famille tellement connu qu’il nous est ...