#4 – Linky, un compteur plus démago qu’« intelligent »

Linky Leaks

À Palaiseau, la campagne d’ENEDIS d’installation des nouveaux compteurs électriques communicants « Linky » bat son plein depuis décembre 2016. ENEDIS vante la facturation au plus près de la consommation, des possibilités d’économie d’énergie et la simplification du relevé de consommation. À cela s’ajoute la mise en service et coupure à distance, l’adaptation du contrat et le suivi par l’usager de sa consommation sur un site dédié.

Dès avril 2016, le collectif Stop Linky Nord Essonne(1) est créé. Des citoyens se demandent à juste titre pourquoi remplacer les compteurs actuels déjà performants et robustes par des compteurs Linky. À ce jour, 120 foyers palaisiens ont officiellement refusé son installation à leur domicile. Pourquoi ? Quels sont les enjeux ?

Linky, c’est quoi au fait ?

Le Linky est un compteur « intelligent » qui communiquera votre consommation d’électricité quotidiennement – avec une mesure toutes les 10 minutes – sans intervention de personnel. Pour transmettre ces données, différents types de fréquences sont sollicités. Chez vous d’abord, Linky communique via les câbles de votre réseau électrique en superposant ses fréquences (à terme 490 000 Hz) à celle du courant électrique (50 Hz). Ensuite, ces informations sont collectées par des concentrateurs qui les transmettent par ondes sans-fil(2) aux centres de gestion des données.

Schéma Linky

Un débat public confisqué

Comme expliqué dans le schéma, le fonctionnement de ce dispositif nécessite l’installation d’antennes-relais. Or, la loi « Abeille »(3) relative à la sobriété, à la transparence, à l’information et à la concertation en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques, prévoit la consultation des citoyens avant tout projet d’installation radioélectrique. Le maire ou le président d’agglomération doivent mettre à disposition des habitants le dossier d’information qui leur a été remis par le porteur de projet d’exploitation. À Palaiseau, ce dossier n’a pas été rendu public et le débat n’a pas eu lieu, laissant le champ libre à la seule communication disponible, celle d’ENEDIS. De leur côté, des citoyens vigilants et réactifs se constituent ici et là en collectifs dans le but légitime de susciter le débat sur un projet d’une telle envergure, d’en interroger le bien-fondé et de proposer une source d’information complémentaire et indépendante. En voici un aperçu…

Une opération coûteuse

Cette opération est estimée à plus de 5 milliards d’euros. Avec la durée de vie des Linky, faudra-t-il investir 5 milliards tous les 15 ans ?

D’hypothétiques économies d’énergie

Sur la question des économies d’énergie, le Parlement Européen(4) émet des réserves au regard du rapport coût/économie. De son côté, l’ADEME(4) prévoit une hausse équivalente à la consommation de 500 000 foyers/an. Cette hausse est expliquée par le nombre d’objets connectés et data centers nécessaires au fonctionnement du Linky.

Atteinte à la vie privée

Linky communique des informations précises toutes les dix minutes, qui permettent par exemple de déduire les heures de coucher et lever, les heures et périodes d’absences, ainsi que le nombre de personnes présentes. Ces données précieuses sont accessibles dans un rayon de 300 m (et piratables). Le traitement de ces données par ENEDIS n’étant pas suffisamment précisé, la Ligue des Droits de l’Homme a demandé, sans être entendue, un moratoire sur l’installation de ces compteurs. De plus, ENEDIS se pose en pionnier de l’Open Data et « s’engage dans une dynamique d’ouverture des données [afin de] mettre à la disposition de tous […] des éléments de compréhension de l’évolution des consommations et des productions »(5). Ce qui ne fait que renforcer les inquiétudes.

Désagréments et dysfonctionnements

Dans les pays ou régions françaises pilotes, divers désagréments liés au Linky sont rapportés. En Indre-et-Loire, une enquête commanditée par le Syndicat Intercommunal(6) fait rapport de disjonctions à répétition et dans certains cas d’embrasements du compteur(7), d’appareils déréglés voire endommagés(8). Au niveau des factures, des erreurs ont été enregistrées et des augmentations inexpliquées. La fonctionnalité des nouveaux compteurs, argument principal d’ENEDIS, n’a pas convaincu les participants à l’expérimentation. Ils évoquent des mauvais fonctionnements (défaut d’affichage, micro-coupures fréquentes, problèmes de puissance et d’alimentation en eau chaude), des compteurs mal posés, inaccessibles.

Une responsabilité diffuse / défaut d’assurance

Les compteurs électriques appartiennent à la collectivité locale qui signe des contrats de concession avec ENEDIS. En cas d’incendie ou d’appareils endommagés, ENEDIS se désengage de toute responsabilité et les assurances ne prennent pas en charge ces risques. C’est à l’usager que revient la prise en charge de ces dommages.

Une exposition croissante aux ondes électro-magnétiques

Le compteur Linky fait de tout le réseau électrique domestique un émetteur de radiofréquences. Ce type de champ a été classé comme « potentiellement cancérigène » par l’OMS, particulièrement en cas d’exposition continue. Ce qui sera le cas avec Linky. La validité des études de l’ANFR, sur lesquelles s’appuie ENEDIS pour clamer l’innocuité de ce dispositif, est remise en cause par le CRIIREM(9), les conditions de ces études étant différentes des conditions réelles. De plus, 100 000 nouvelles antennes-relais seront installées. Ce qui aura pour effet d’augmenter l’exposition aux ondes. Dans ce contexte, il est regrettable que le principe de précaution ne soit pas respecté, les citoyens deviennent alors les cobayes d’une expérimentation à grande échelle.

Testez votre culture Linky
Testez votre culture Linky

Linky, un outil au service de la libéralisation du marché de l’énergie ?

Économies peu probables, risque sanitaire, atteinte à la vie privée et à la démocratie, dysfonctionnements et appareils endommagés, Linky ne semble avoir que peu d’intérêt pour l’usager. Comment alors expliquer ce choix d’ENEDIS ? Pour moderniser et s’adapter aux nouvelles habitudes de consommation… et de production ! En réalité, l’objectif est de faciliter l’ouverture du marché de l’énergie. Fournissant des données en temps réel, Linky est nécessaire pour la mise en place d’un marché concurrentiel de l’électricité et pour le suivi des cours de l’énergie : il permet d’ajuster l’offre et la demande électrique. Ces informations sont primordiales pour le bon fonctionnement de l’European Power Exchange(10). Créé en 2008, c’est une sorte de bourse d’achat/vente d’électricité. Cette bourse gère différents types de marchés(11) vendus ensuite aux enchères. L’énergie pour ENEDIS n’est donc pas un bien public mais une valeur cotée de spéculation boursière qui, outre les fournisseurs et producteurs, intéresse fort les industriels et les banques. L’empressement d’ENEDIS, malgré un investissement colossal, serait donc motivé par la volonté de servir le marché et des intérêts privés.

Dire non à Linky

Il est possible de refuser l’installation d’un compteur Linky à titre personnel en envoyant un courrier recommandé à ENEDIS. Le collectif Stop Linky Nord Essonne(12) met à votre disposition des modèles de lettres, ses conseils, et se propose de centraliser les démarches individuelles pour plus de visibilité. La refus semble plus ou moins respecté par les prestataires d’ENEDIS. Toutefois, des cas d’installations forcées et d’interventions musclées ont été rapportés. À Palaiseau, le maire s’est engagé à soutenir ces demandes en intervenant auprès d’ENEDIS afin que le choix de refuser Linky soit respecté. En revanche, il n’a pas porté le débat dans la sphère publique. Se déclarant « non-spécialiste » de la question, il rappelle dans un courrier(13) qu’une « délibération municipale interdisant la mise en place des compteurs serait entachée d’illégalité ». Pourtant, de nombreux maires invoquent leurs pouvoirs de police et le principe de précaution pour tenter de protéger leurs administrés.

Texte : S.B.
Illustrations : Vali / ShlagLab

(1) Présents tous les dimanches sur le marché de Palaiseau, ses membres répondront à vos questions.

(2) De la même manière qu’une antenne de téléphonie mobile

(3) https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030212642&categorieLien=id

(4) Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie http://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/avis-ademe-linky-201507.pdf au chapitre « Bénéfices pour l’environnement »

(5) http://sieil37.fr/phocadownloadpap/Autres-documents/Linky/SIEIL_Rapport-enquete.pdf

(6) http://www.ldh-france.org/linky-compteur-communicant-en-dit-beaucoup-notre-vie-privee/

(7) https://data.enedis.fr/page/accueil/

(8) http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:32006L0032, Article 13

(9) Au Québec, des compteurs communicants ont été massivement désinstallés après de nombreux cas d’embrasement.

(10) Cela serait dû à une incompatibilité entre le signal envoyé via les câbles (comprenant Linky) et les normes des constructeurs d’appareils.

(11) Centre de Recherche et d’Information Indépendant sur les Rayonnements Électromagnétiques http://www.criirem.org/autres-emetteurs/alerte-compteurs-linky-anfr

(12) http://www.epexspot.com/fr/

(13) Les marchés « Day-Ahead » – livraison jour suivant, des marchés infra-jour et des contrats 15 minutes

Une réflexion sur « #4 – Linky, un compteur plus démago qu’« intelligent » »

Les commentaires sont fermés.